Pratiques de l’effort : Ramadan, danse classique ou culte de la performance .

Qu’est-ce-qui différentie des pratiques aussi hétérogènes que la danse classique et le Ramadan d’avec nombreuses pratiques du corps contemporaines ? S’il est vrai que toutes promeuvent une forme de contrainte psychologique ou corporelle, certaines semblent liées à une forme ascétique d’exercice, tandis que les dernières par la règle de la performance individuelle. Quelle est la nature de cette exigence ascétique et pourquoi les pratiques contemporaines s’en débarrassent-elles ? L’écart entre une conception « vieux jeu » de la discipline dépassant le seul individu, incluant donc éthique et esthétique, et une conception moderne se limitant à lui seul, quantitative et instrumentale, illustre de manière exemplaire la nature de notre rapport contemporain à l’effort. Je tenterai ici de discuter le passage d’une idée de la pratique comme catharsis à une idée individualiste et sécularisée – « émancipée » de ses attributs didactiques, ludiques ou encore sociaux.
Continuer de lire Pratiques de l’effort : Ramadan, danse classique ou culte de la performance .

Cos’è il fascismo oggi ?

Ultimamente si è tornato a parlare con veemenza di un pericoloso ritorno del fascismo. Critico questo sensazionalismo zelante e e provo a rispondere alla domanda : cosa può ben indicare il termine “fascismo” oggi? La risposta è un clima di crescente paura e sospetto tra le persone, derivato certamente dalla “fabbrica della paura” mediatica ma ancor di più dal nuovo liberalismo che suggerisce a ognuno di rinchiudersi in un sacro e fragile guscio di cristallo. Un diffondersi di narrazioni che invitano al controllo, alla diffidenza, al timore, fabbricando così incertezza e mettendo sotto scacco un prezioso patrimonio culturale di interazioni semplici e genuine. Continuer de lire Cos’è il fascismo oggi ?

Consentement et tribulations du désir. Dépasser la contractualisation de l’intimité.

Le consentement est au cœur du débat actuel sur le harcèlement sexuel. Pour résoudre le problème, l’idée dominante argumente pour une contractualisation accrue des relations entre les corps. En effet, une négociation entre personnes sur les modalités de leur « communion », encadrée par le droit, permettrait d’énoncer clairement le consentement. Mais cette normalisation de l’intime consacre le soupçon comme réflexe dans la relation à l’Autre, et … Continuer de lire Consentement et tribulations du désir. Dépasser la contractualisation de l’intimité.

De la rigidité des doctrines. Egalité, sécurité et discipline à l’épreuve de la frustration qu’elles génèrent.

On doit au théoricien politique A. De Toqueville le paradoxe de la frustration de l’égalité. C’est une constatation selon laquelle plus une société se rapproche de l’égalité et plus l’écart avec la situation idéale (égalité parfaite) est vécu avec frustration par les sujets. C’est-à-dire que plus se réduit cet écart en termes absolus et plus chaque inégalité résiduelle sera vécue comme obscène, violente, frustrante, décevante, … Continuer de lire De la rigidité des doctrines. Egalité, sécurité et discipline à l’épreuve de la frustration qu’elles génèrent.

Fin du salariat et société distribuée

Membre du réseau d’auteurs du blog « société distribuée » ( http://www.socdis.fr/ ) Thibaut Kellam nous explique dans ce brillant article quelques éléments de compréhension de ce nouveau paradigme qui met en relation les mutations sociales véhiculées par l’essor des technologies informatiques, le transhumanisme et la postmodernité comme modus vivendi. L’avènement de la société distribuée se caractérise par l’horizontalisation des rapports sociaux découlant de la mise en … Continuer de lire Fin du salariat et société distribuée

Violence quotidienne:l’arrogance pour tous

Nous assistons en France à une multiplication patente de manifestations de micro-violence : indifférence générale, impolitesses, intolérance. J’essaye de démontrer qu’une grande partie de la violence que nous constatons dans plusieurs espaces quotidiens est la conséquence directe d’une culture de l’indifférence et de non réciprocité dans laquelle nous baignons. Arrogants, prétentieux, nous apprenons à nous enfermer dans notre inviolable coquille de verre : ce faisant hélas, pour … Continuer de lire Violence quotidienne:l’arrogance pour tous

L’économie n’est pas une science

Un pamphlet paru récemment prétend idéologiquement que l’économie doive être considérée une « science dure ». Pourtant il n’en est rien.  En utilisant les méthodes de la philosophie de la science, je démontre que l’économie peut être considérée uniquement comme science sociale. Il s’agit de démontrer que l’économie fait de l’induction et non de la déduction ; tout le problème résidant dans la clause ceteris paribus (toutes choses … Continuer de lire L’économie n’est pas une science

Pour une esthétique de l’existence : l’exemple des surréalistes, de la destruction nihiliste à la révolution poétique

        Le manifeste des créateurs de ce blog, liant esthétique, création et désir de vivre, nous a immédiatement fait penser aux surréalistes, qui ont su dépasser la tentation nihiliste que leur inspirait leur expérience des tranchées pour élaborer une esthétique de l’existence : le désir de vivre est ainsi placé au cœur d’un acte créateur qui vise à conquérir une réalité plus authentique, réalité qui … Continuer de lire Pour une esthétique de l’existence : l’exemple des surréalistes, de la destruction nihiliste à la révolution poétique

Tout négocier: une idée de justice.

« […] C’est précisément le risque d’inefficience que la grammaire néolibérale proposer d’éliminer : en transformant toute interaction en transaction, chacun se trouve à tout moment dans la balance optimale au plan de l’analyse coûts-bénéfices. Il semble fort bien, au passage, que cette idée provenant du champ économique se soit facilement couplée depuis les années ’70 avec les idéaux politiques faisant référence aux notions de non-ingérence  … Continuer de lire Tout négocier: une idée de justice.